Guerre des clans-origines


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Misérable. [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 121
Forces : 1199
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 17
Localisation : In the sky with Hannibal and Will...
Graphiste et lieutenante
Véhémence du Wendigo
MessageSujet: Misérable. [LIBRE] Sam 26 Sep - 3:02

- “Je vous dénonce la misère, cette longue agonie du pauvre qui se termine par la mort du riche. Législateurs, la misère est la plus implacable des lois.”*

Il plongea son joli regard d'émeraude vers les immenses plaines qu'étaient les champs. Les bribes qu'il laissa flotté autour de lui n'était destiné qu'à lui-même, pour le rassurer de sa propre santé mental. Bien quel soit inexistante, un faible espoir brillait en son cœur de glace. Wendigo. Ce nom rempli de violence ne le décrivait pas mieux. Une créature doté d'une force incommensurable mais, surtout, un cœur si gelé, que seul celui-ci lui causerait sa perte. Il se souvient bien de la jeune femelle, Feuille de Vanille, il se souvient très clairement de sa fourrure blanche aux oreilles, pattes et gueules sombres. De ses yeux bleues éclatants et surtout, de son intelligence.

Sa mémoire n'était égal qu'à la sienne. Jamais il n'aurait crû rencontrer une guérisseuse aussi charmante et vive d'esprit comme lui. Or donc, il était le roi de la chaîne alimentaire et, la pauvre petite fini en un misérable macchabée comme son clan en entier. Un véritable carnage se souvint-il. Puis, il retourna son attention à la seule personne qui a vraiment intéressé Véhémence du Wendigo. Apparemment, pour tuer cette créature démoniaque, il faut réchauffer son cœur. Malheureusement pour le monde entier, la seule qu'il ait aimé a été sauvagement tué. Dommage. Un faible sourire apparu sur ses lèvres. Il se mit, sans idée précise à recoiffer son poil. Ce n'est qu'une simple manie mais, plutôt un toc. Quand il eut fini, le soleil se coucha. Il observa l'astre au loin d'un air pensif.

Y a-t-il un chemin à la lumière, ou suis-je condamné à la noirceur pour le restant de ma misérable existence ? Qu'est-il plus misérable entre celui qui rend misérable ou ceux qui le devienne ?

* = Les Misérables, Victor Hugo.



SLG ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 704
Forces : 1988
Date d'inscription : 06/08/2015
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Sam 26 Sep - 13:22


Titreun petit sous-titre?
En tant que chef, Etoile Sombre se devait de se rendre à la pierre de lune. Mais y allait-il vraiment? Non. Les guerriers de jadis depuis sa naissance: pourquoi l'accepterait-il maintenant? La dernière fois qui avait touché la pierre froide du museau, s'était lors où il avait reçu ses neufs vies. On l'avait regardé d'un regard ténébreux comme si il était un intrus à leurs yeux: peut-être étais-ce le cas. Ils n'avaient même pas prononcé un seul mot. Personne n'avait acclamé son nouveau nom de chef. Finalement, il avait revue Sôbrome, qui l'avait mené à son poste actuel de chef. Sôbrome, le sage ancêtre de la plus part des blaireaux. Maintenant, il s'éloignait de cette pierre malsaine. Il se dirigeait d'instinct vers la forêt des des énormes animaux noir et blanc où il avait vécue parmi eux "son apprentissage". Ils marchait en ce moment sur un sol boueux sillonné de creux tracé par les charrues des  hommes. Bientôt, il avait rejoins des grandes gerbes de blé où il s'y infiltra. Il était alors caresse par ses tiges vertes attendant leur récolte. Puis, il se retrouva dans une prairie d'herbe. Au loin, une carrure féline se découpait dans le ciel crépusculaire. En s'approchant, un courant d'aire lui rapporta une odeur du clan du vent mais il ne sut dire quel membre était-ce en particulier. Pourtant, il ne put se retenir de se rapprocher de cette forme. Enfin, il reconnut Véhémence du Wendigo. Il ne semblait qu'il ne l'avait remarqué. Il n'osa dire un mot de peur de le déranger dans sa réflexion. Il ne savait mais il était attiré par ce lieutenant. Il devinait que son destin était lié au sien. Qu'il devait en savoir plus sur lui... dont son histoire.







By Glaçou





Merci mon petit écho!
Code:
[img]http://i68.servimg.com/u/f68/19/28/96/66/sans_t10.gif[/img]

Merci Citro' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-origine.forumactif.org
AuteurMessage
avatar
Messages : 121
Forces : 1199
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 17
Localisation : In the sky with Hannibal and Will...
Graphiste et lieutenante
Véhémence du Wendigo
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Dim 27 Sep - 15:20


La fine odorat du matou devina la présence d'un mâle du clan de l'ombre. Son instinct lui dit directement que ce matou n'est nul autre qu'Étoile Sombre. Il ne fut guère surpris d'ailleurs. Véhémence du Wendigo n'est pas bon et attire ceux qui sont mauvais. Il ne ressemble qu'à une plante carnivore. Caché parmi la faune et dévorant ses admirateurs. Le lieutenant ne se tourna pas d'un poil et resta toujours les yeux clos à penser. Il ne pu s'empêcher d'échapper quelques mots à l'intention du chef.

- Que sommes-nous misérable. Assujetti à nos propres désirs, n'écoutant que la souffrance d'autrui. N'est-ce pas Étoile Sombre ?

Le matou au pelage noir ne répondit pas. Il devina qu'il a dû attirer son attention et rien que cela. Il se redressa et ouvrit son regard de menthe. Le cannibale soupira et tourna sa tête dans sa direction. Il invita le matou à s'approcher. Ce qu'il fit avec confiance.

- Toi, assujetti au plaisir du pouvoir. Le désir de voir la forêt à tes pieds. Cependant, laisses-moi te poser une question. Lorsque la forêt sera à toi, que tout le monde te vénéras, auras-tu encore ce même désir de conquête, Étoile Sombre ?

Sans qu'il ait le temps de répondre quoi que ce soit, Véhémence du Wendigo retourna son attention au paysage sous ses yeux et retourna au confort de sa bulle.

- Vois-tu Étoile Sombre ? Tu es aussi misérable que moi. Or donc, tes intentions primitives ne sont égale au mienne où ce n'est que mon instinct primaire qui me dicte quoi faire.




SLG ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 704
Forces : 1988
Date d'inscription : 06/08/2015
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Dim 27 Sep - 16:49


Titreun petit sous-titre?
Etoile Sombre se demanda comment se faisait-il que leurs pensés se rejoignait-il tant. En tout cas, il ne pourrait atteindre le pourvoir seul. Ce qui lui faisait plaisir, c'est que Véhémence du Wendigo avait commencé en premier à parler. Ainsi, ses doutes durent confirmés: son camarade était point quelqu'un qui cherchait... Les mots lui manquent. Enfin: le lieutenant du vent était du même point de vu que lui. Il est vrai que nous sommes des misérables face aux montagnes qui nous domineront toujours de leur hauteur.  Il avait soudainement envie de se lâcher et de tout dire au mâle brun tacheté de noir. Il se retourna d'un coup pour le regarder dans les yeux :

"Je ne sais ce qui me dirige. J'ai seulement une envie de vengeance. Nous sommes surement des misérables car dès que nous sommes né, nous étions voué à un destin qu'on n'a pas choisis. On me juge sur mes yeux? Veulent-ils vraiment dire que je suis destiné à être maudit? On me respecte car je me fais respecter mais par derrière, ne pense-t-on pas ce qu'on m'a dit dès le début?  J'aurais voulu le monde à mes pieds jusqu'aux bipèdes. Seul ceux qui me respectent réellement et ne se fit pas une simple apparence comme toi, seront égaux à moi. Je cherche depuis des années un allié stable parmi les miens. J'ai cherché à intégré Etoile du Citronnier dans mon camp pensant à sa sottise mais ce n'était finalement pas une bonne idée: je ne pourrais le supporté sans faire une gaffe. Etoile Sombre ne laissait laissait s'infiltrer un mot venant de la bouche de Véhémence du Wendigo: il était trop absorbé par son dialogue. Tu sais... Je me pose énormément à ton sujet. D'où viens-tu? D'où vient ce nom terrible de Véhémence du Wendigo? Que veut dire Wendigo?  Que caches-tu autre de ceux que je sais derrière ton pelage?

Etoile Sombre avait terminé son dialogue. Il retournait son regard vers la vue qui s'offrait maintenant à lui. La nuit était tombé et le clan des étoiles était venu s'infiltrer dans la noirceur de la nuit. Il aurait préféré l’obscurité totale où ils n'étaient point là à les observer. De toute façon, qu'ils préviennent les guérisseurs ne ferait que couler du sang dans la forêt.

Au delà dès collines, les ennemis des "nobles chats" chasse dans une forêt où nombre aventuriers ont disparues. Si on devait provoquer une guerre, ils en feraient surement partie.







By Glaçou





Merci mon petit écho!
Code:
[img]http://i68.servimg.com/u/f68/19/28/96/66/sans_t10.gif[/img]

Merci Citro' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-origine.forumactif.org
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Dim 27 Sep - 17:07


Les oreilles frémissante,  j'essaie de trouver une meilleure position pour dormir. Je sais que ça ne servait à rien, puisque que j'arriverai jamais à m'endormir. Oh Clan des Étoiles,  pourquoi moi ? J'enroule ma queue avec mes pattes arrières, lâchant un long soupir. La seul envie qui me venait c'était de partir. Loin. Très loin. Partir pour me défouler,  sur des proie. J'avais cet envie que mes pattes bougent,  mais je restait immobile sans broncher. Délice Parfumé,  s'il te plaît calme toi. C'est ce que je fis. Je lâche un long soupir, je vous avoue que la peur me traumatise. Mais de quoi ? De quoi ai je peur ? Je n'en sais point. Le visage violacé d'angoisse,  je commence à me crisper. Je commence à trembler. Ironnie du sort pour la féline avec un tel caractère. Chut, chut. Calme toi. Non, je ne peut plus. Je n'en pouvais plus. Mon échine commence à se redresser quand je sens un souffle chaud dans ma nuque.

Je me retourne perturbé,  mais je ne vois que des guerriers endormi. Et puis cet voie dans ma tête : "Part Délice Parfumé,  Part. Vole vers l'horizon,  joue avec la vie. " Non, non laissez moi, je veux pas ! Malgré une force invisible et contre moi je me lève. Je me dépêche de passer ma langue râpeuse sur mon pelage plein de poussières.

-Bon je vais chasser.  De toute façon je ne crois pas avoir le choix. Je murmure

Voilà ce qui ce passais depuis plusieurs jours. Je n'arrivais plus à dormir.  Mais malgré cela la fatigue ne me gagnait pas. Aucun signe prouvait que je dormais à peine. Mon souffle glacé se dessine dans la nuit. Je sort du camp.

D'un pas pressé,  la truffe à l'air, j'essaie de detecter la moindre présence de vie. Aussi bien petite que énorme. Aucune proie ne me vient à la truffe. Et je sais très bien que je n'en trouverais pas. Le seul endroit ou je pouvais trouver des proies c'était là où il y 'avait des rongeurs nocturne. Et ce n'était pas ici mais au Champs. Alors d'un pas pressé j'y court.

Une fois arrivé l'odeur joyeuse des rongeurs m'envahit. C'est un plaisir cet odeurs. Mes yeux vert pâle se pose sur cet étendue au couleur jaunâtre. C'est magnifique. . La faible brises s'emmêle dans mon pelage tricolore. J'étais libre,  à jamais gardé pour moi même,  jamais ces saletés des autres Clans ne m'atteindront. Je suis forte. Ensuite je fais rouler mes muscles sur mon pelage soyeux me sentant forte et puissante.

Le frémissement de mon oreilles. Non, je rêve. C'est moi. Non non j'entends des bruits de paroles. Je me dirige vers les bruits. Mais de loin je les vois. Deux silhouette féline en train de parler. Je dresse mes oreilles.

- Vois-tu Étoile Sombre ? Tu es aussi misérable que moi. Or donc, tes intentions primitives ne sont égale au mienne où ce n'est que mon instinct primaire qui me dicte quoi faire.

Cet voix, je la connais. À chaque assemblée je l'entend. Qu'est ce que tu peut aviir raison sur ce point. Mais c'était le nom qui m'avait interpellé. Étoile Sombre. Meneur. Je m'approche relativement. N'écoutent pas le long dialogue du félin noir. Trouvant ça trop ennuyeux à son goût. Je sort d'un coup des fourrés, j'esquisse un sourire mielleux pour les félins. Ils retournent la tête vers moi comme surpris par mon arrivé. La démarche féminine je m'approche d'eux. Calmement je les regardes un à un.

-Tiens tiens. Étoile Sombre et Véhémence du Wendigo.


Je relève ma patte leur montrant que je n'avais pas les griffes sorties.

-Je dérange sûrement, mais bon ce n'est point grave. Allez-y continuer votre conversation. dis d'un ton mielleux.

Je fis la moue comme pour les provoquer. Puis je me mets à ricanner éperdument. Alors mes felins, savez vous vous défendre.

Non ceci n'est pas du tout une incruste désolé c'est nul, pas trop d'inspi en ce moment. Ca vas revenir hein.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 121
Forces : 1199
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 17
Localisation : In the sky with Hannibal and Will...
Graphiste et lieutenante
Véhémence du Wendigo
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Dim 27 Sep - 23:06

Véhémence du Wendigo, comme à son habituel caractère ne fit mine de rien. Pas même une once de surprise ne parait dans ses traits, et ce comportement n'a rien d'étonnant pour ce second du clan du vent. Il jugea du regard Délice Parfumé et plongea son regard dans le sien. Il observât avec attention ses prunelles mentholés et, dû à son regard persistant, la femelle dévia la tête. Le cannibale n'a jamais vit cette femelle et ne la senti pas le moindre du monde familière. Pourtant, sa mémoire ne défaille jamais et suite à de nombreuses assemblés, il vu tous les félins qu'occupaient la forêt. De nouvelles oreilles ne fait jamais de mal, songea-t-il. Son odeur ne lui est d'ailleurs pas non plus familière.

Il ne fronça point un sourcil et préféra l'observer en détail pour se remémorer de la femelle. Tricolore. Yeux verts. Très certainement extravertie. Une femelle comme elle ne devait pas être attiré par elle et tout cela n'est qu'un hasard. Or, le lieutenant du vent ne croit pas au hasard. Peut être qu'un chemin leur est destiner à eu trois. Dieu qu'il n'appréciait guère ce chef d'ailleurs. Il lui semblait si désespéré au pouvoir, pas le moindre vénérable. Il doit lui montrer comment agir, comment avoir ce qu'il veut sans pour autant avoir l'air de ce qu'il l'est vraiment. Il doit lui montrer ce qu'il est et faire comme a fait son mentor avec lui, lui faire découvrir cette douce chair. La chair chaude et délicate qu'était la viande féline.

Il observa avec attention la femelle. S'il la tuait maintenant, il pourrait facilement convaincre le chef. Cependant, elle semble être porté par les vents du nord et courir à de vitesses folles. Elle rejoindrait son camp et le dénoncerait. Ce qui détruirait sa couverture. Il ne devait pas l'attaquer. Il décida d'ignorer sa folle envie de tuer. Il lâcha ses dernières paroles en un souffle tout en observant le ciel de nuit.

- Ding, dong, the sun's dead.



SLG ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 704
Forces : 1988
Date d'inscription : 06/08/2015
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Lun 28 Sep - 12:40


Réponsseun petit sous-titre?
Une femelle du clan du Ciel était sortit des taillis. Etoile Sombre avait reconnu l'odeur de son clan. C'est si facile... avec leur horrible odeur de racine et de terre. Qu'elle vienne s'introduire comme ça le dérangeait. Il avait une grande envie de lui crier dessus. Tout les fois qu'il se retient de le faire. Il espérait tout de même qu'elle n'avait rien entendu de leur discussion: cela ne la regardait pas. Du moins, pas pour l’instant. Ce serait pratique de l'avoir dans un sens dans notre camp: en l'ayant observé, il avait reconnu en elle le lieutenant du vent. Elle ne lui resterait plus qu'à tuer son chef et le pouvoir sera à elle. Il ne savait pas pourquoi, il rêvait souvent de technique d'attaques mortelles. Il n'avait pas hésité à les essayer sur ses proies: bien sûr, seulement seul. Son regard revenait à la femelle. Il lui semblait sotte. Mais comme il se le répète souvent, il faut bien connaitre avant de juger. Il sait son clan facile à manipuler parce qu'il connait bien chaque membres. Il parle rarement comme à ce moment où il n'avait envie d'échanger aucun mots. Les mots sont des éléments important pour manipuler ou récupérer des informations. Celui qui parlera le plus sans vraiment réfléchir sera le plus faible. Il n'y a pas que la force qui blesse. Les mots le peuvent aussi et même peuvent s'avérer pus efficaces. Ce qu'il pouvait voir sur la lieutenante était son air supérieur. Dès qu'elle est arrivé, elle a voulu se montrer provocante pourtant, ses griffes n'étaient pas sorti. Véhémence du Wendigo avait l'aire de relire son histoire en la fixant comme il le faisait. Mais Etoile Sombre devinait que cela était impossible. Il leur avait tourné le dot laissant son oreille l'écoute. Plus loin, il remarqua un précipice: cet endroit serait surement idéale pour repousser des ennemis qui se tueront en y tombant ou par nos propres griffes. Tout ne marche pas forcément par la force mais par la simple ruse. Il avait soudainement de tuer autre que grenouilles ou ce qu'il a l'habitude de manger. Il voulait tuer plus gros: quelque chose comme... un renard par exemple. Il en avait goûter de la viande de renard. Ça lui paraissait si loin... Pourtant, le goût lui restait sur la langue. Un goût sucré et salé. De mes griffes, je m’amusais à faire des boules de poiles toutes douces que je jetais en l'aire. Peu de tant après, je les trempais du sang pour qu'elles soient coloré de rouges, comme ça, le goût était encore plus intense. Une fois, avec un blaireau justement, ils avaient attaqués un bipèdes qui se promenait. On lui avait laissé le temps de mourir et on riait de joie. Malheureusement, on en avait plus revue depuis ce jour. Et puis... avec eux, je mangeais une autre viande succulente dont on ne m'avait jamais dit le nom. Elle était encore plus délicieuse que celle du renard. Il aurait voulu qu'on lui dise d'où elle provenait. De quel animal? D'ailleurs, pourquoi le lui cacher?

Il s'était retourné. Il aurait voulu en chasser avec Wendigo si l'autre n'était pas là. Il restait toujours méfiant tant qu'il ne connaissait pas.







By Glaçou





Merci mon petit écho!
Code:
[img]http://i68.servimg.com/u/f68/19/28/96/66/sans_t10.gif[/img]

Merci Citro' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-origine.forumactif.org
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Lun 28 Sep - 21:29



Je regarde un à un les deux matous. Je m'arrête sur Véhémence du Wendigo. Son pelage était d'un magnifique brun, ses yeux adorable vert. J'aurais pu tomber sous son charme si je n'étais pas moi. J'aurais pu tomber sous son charme si il n'avait pas ce visage vide, inexpressif en train de se remémorer un de ses souvenirs. Rien que l'idée de ces yeux vert coller sur mon pelage tricolore me faisait frissonner,  mais au lieu de ça je continue à le regarder le museau froncer. Arrête de me regardé comme ça. Je n'ose même pas bouger avec son regard obligeant. Si bien que je finis par détourner la tête. Je ne peut m'empêcher de penser que ce petit geste était étrange. Que personne des deux n'avais décrocher le regard.

À vraie dire j'avais tout entendue et c'était bien pour ça que je les avais aperçu. Je crois même que sans leur long dialogue ennuyeux et monotone se demandant qu'était la vie, je ne les aurait jamais vu et je ne découvrirais jamais leur manigances. Mais si je restait et que je leur faisait croire que j'étais intéressé par leurs magouilles là je pourrais les dénoncer. Et on serait fière de moi. J'entendais déjà le brouhaha de "Étoile du Délice,  Étoile du Délice !" Mais pourquoi je ne tuais pas ma meneuse d'un simple coup de griffe ? Non, non... Trop facile,  il n'y avait que les perdants qui faisait ça. Je suis loyale.

Puis je pose mon regard sur le félin d'une noirceur étrange. Déconcerté je suis, de mon regard ils ne parais pas être un meneur qui choisit les bonnes solutions. Étrangement il ne m'inspire pas grand chose. Juste une "haine" envers lui. Je savais qu'aux fond de lui, il me détestait,  il représente la haine envers moi. Je savais qu'aux fond de lui il me haïssait,  disant des jurons sur moi, sur ma venue, sur le jour de ma naissance et celle de mes parents. Désolé mon p'tit félin mais je suis là. Je suis la reine.

- Ding, dong, the sun's dead. Sorti le lieutenant Venteux.

Tient il parle lui. Je ne compris rien à ce qu'il dit. Mais je savais que je m'en foutais de tiute façon,  alors je ne vois aucun inconvénient de faire comme si je comprenais tout.

-Han, les mâles ! Je réplique

Cet phrase voulais en dire gros,  elle ne parlait pas que des deux félins aux odeurs d'herbe folle et de boue mais de tout les mâles en général. On m'avait dis que je ressemblait à un mâle parfois niveau caractère. Mais je restait une felelle qui n'attendais qu'à ce que le Prince Charmant aime qu'on lui crache sur les moustaches sur son tigre blanc se sachant aimé.

-Alors comme ça, Étoile Sombre... Tu veux te venger ? J'hoche  ma tête prenant un bel air innocent puis je repris.Mais de qui ? Dis moi ou je t'arrache les moustaches.

Réponse avecqu'un seul s pour ton titre
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 121
Forces : 1199
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 17
Localisation : In the sky with Hannibal and Will...
Graphiste et lieutenante
Véhémence du Wendigo
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Mar 29 Sep - 0:37


Face au parole que lâcha la jeune femelle, le mâle décida d'opter pour un regard objectif. Bon nombre de chose que l'on apprend sur les personnes viennent de l'observation et non pas du dialogue. Il est bien plus facile de se trahir dans ses gestes que dans ses paroles. Il garda son attention vers la femelle téméraire. Comment agirait-elle s'il l'attaquait ? Elle riposterait et s'en suivrait une bataille qu'il devrait gagner sans grande difficulté, avec grande modestie. Or, la misérabilité exécrable qu'il faisait toujours preuve était peu admirable venant d'un cannibale vénérable. S'il attaquait Étoile Sombre, il détruirait son allié et la seule chance de le voir devenir un de ses semblables, de le voir devenir comme lui, un Wendigo. Une créature rongé par la malédiction, le froid et la maladie.

Il deviendrait comme lui, il le sent. Véhémence du Wendigo peut voir dans ses traits explicites une folle envie de vengeance comme il le disait si bien. Le chef est porté par un désire fou de destruction et de chaos. Il devra donc lui enseigner l'art du crime. L'art de camoufler ses preuves, l'art de détruire des vies tout en se pointant innocent, l'art de passer inaperçu aux yeux de chacun. Cet art, il en était le maître, le chef d'orchestre. Son talent n'était égal qu'à un don de la forêt sombre. Un don que seul Brume Glacé a réussi a dompter et en obtenir ce qu'il est. Il ferait de même avec le mâle. Il retourna son attention à la femelle. Que voulait-elle vraiment obtenir d'eux. Un service contre chantage ?

Si telle était son but, Véhémence du Wendigo se ferait un malin plaisir à la détruire. La détruire niveau émotionnel à petit feu et, finir le tout dans un bal sanguinolent. Il ne lui laisserait pas le choix entre détruire tout ce qu'il a créer à partir de son passé, sa couverture. Elle devra payer un prix pour écouter les conversations d'autrui. Un prix lourd. Celle de son innocence. Soit cela, ou elle périra. Soit elle rejoignait la cause ou était contre. En temps de guerre, il n'a pas la place dans la pénombre. Soit, tu es l'allié ou l'ennemi. Depuis la nuit des temps que cela ce déroule et cela ne changera jamais. Jamais.

- Ton clan ne t'as jamais apprit qu'écouter les conversations d'autrui était irrespectueux, petite femelle ? Tu es bien misérable. Comme nous deux d'ailleurs.



SLG ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 704
Forces : 1988
Date d'inscription : 06/08/2015
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Mar 29 Sep - 19:08

"-Alors comme ça, Étoile Sombre... Tu veux te venger ? La sourie s'adressait à Etoile Sombre. Elle s'était un moment arrêter pour un hochement de tête pour accentuer sa phrase qui révélait sa bêtise. Mais de qui ? Dis moi ou je t'arrache les moustaches. " Comme si le chef au poli sombre allait tout d'un coup lui révélé tout ce qu'il pense. Déjà qu'elle avait osé écouter toutes sa conversation en nous espionnant.... Vraiment! On se demande si elle est né parmi les bipèdes ou parmi les rats! Peut-être était ce le cas. Et si elle croyait qu'il lui faisait peur, elle se trompait. Au contraire, elle l’amusait avec ces sornettes. Heureusement, il ne put à répondre à cette idiote. Véhémence du Wendigo  s'en chargea: "- Ton clan ne t'as jamais apprit qu'écouter les conversations d'autrui était irrespectueux, petite femelle ? Tu es bien misérable. Comme nous deux d'ailleurs.". Il trouvait tout de même son ton un peu trop tranquille mais il avait pourtant raison: mieux valait bien se tenir. On ne sait jamais ce qu'elle pourrait faire. On aurait pu l'attaquer: on était plus grand en nombre qu'elle. Mais encore une fois, Etoile Sombre se ravisa. Elle pourrait s'enfuir et lui et le lieutenant du vent n'avait pas prévu d'attaque. Ce qui l'énervait est que cette microbe du mal vert l'empêchait de chasser un renard  avec le guerrier au pelage brun. Vraiment: elle n'était pas possible! D'ailleurs, elle n'avait rien à faire ici. Pourtant, Etoile Sombre avait tout de même envie de répondre à sa question. Comment? Il ne savait pas encore. Il voulait lui faire danser sur ses pattes d’araignée. L'idée de chassé du renard lui revient au narines. Il repense à la douce odeur de sang de cette animal au pelage d'or. Bien sûr, si il l'avait proposé, Délice Puante aurait une peur bleu. Et là, on l'aurait tout de même entraîné et elle serait tué d'un coup de croc par la gueule puissante du renard. Mais tout ça était trop rêvé...  Il manquait encore trop sur cette... vipère! Pitié... Qu'elle s'en aille Sobrôme! De toute façon, il aurait préféré la tué de ces propres pattes. Ses griffes serait d'un rouges vifs qu'il lécherait avec bonheur devant le clan des étoiles. Il retenu un rire sinistre  à cette idée. Cela lui ferait un tel plaisir. Même un alléchant plaisir. Et les autres trembleront de frayeur. Chaque rebelle passeront par mes griffes. Il connaissait trop bien le manœuvre pour tuer. Il la répétait chaque jours et continu encore. Il imagine déjà le craquement des os de ses victimes. Alors, il se dit que finalement, Délice Puante était bien tombé car il n'aurait pas à hésiter pour sa première victime. Cela ne serait pas l'hasard qui l'aurait poussé à la choisir. Elle a décidé qu'elle serait son ennemi, elle ne pourra plus reculé à moins qu'elle ne se soumette un jour. Et ça encore était à réfléchir: Etoile Sombre l'avait déjà désigné. Elle était parfaite pour accomplir cette tache. D'ailleurs, elle souffrirais avant de mourir puis qu’avant, il compte s'entraîné à des attaque qu'il avait déjà préparé dans sa tête. Elle regrettera cet acharnement à vouloir utiliser ses paroles comme griffes car Etoile Sombre est déjà protégé depuis sa tendre enfance contre les morsures des langues. Il vit alors une grosse araignée noire lui monter sur la patte pour y redescendre. Il la regarda s'en aller pour se cacher bientôt dans les herbes. Il redirigea son regard vers Délice Puante, d'un air malicieux, son sourire en coin.

"Les paroles ont un pourvoir stupéfiant mais si on ne les contrôle pas, c'est comme un feu qui dévaste une forêt. Tu m'as l'aire bien trop bavarde mais sais-tu observer? Les utiliser à bon escient? On ne dirait pas, ce qui fait de toi quelqu'un de naïf et bête. Enfin... Voici l'impression que tu donnes. Si tu avais réfléchit, tu n'aurais jamais dit que tu nous avais écouté. Tu aurais réagis autrement. Tu te fais surement une opinion sur l"apparence des choses. De ce que j'ai dit, tu peux imaginer les pires choses sur moi sans connaître le fond. Je ne dis jamais tout."  .... Etoile Sombre avait bien accentué sur le jamais. Très bien même pour qu'on ne puisse l'oublier...





Merci mon petit écho!
Code:
[img]http://i68.servimg.com/u/f68/19/28/96/66/sans_t10.gif[/img]

Merci Citro' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-origine.forumactif.org
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Mar 29 Sep - 21:44


Le matou brunâtre nous tournant toujours le dos. À quoi jouait t'il ? À rester si indifférent envers moi, envers le meneur ennemi. Pourquoi fallait t'il que toute les personnes auquel elle voulait au moin créé une petite amitié refusait vulgairement d'un geste de patte. Vraiment je suis si ignoble à ce point ? Non, non. Vous vous y ferez. Ce n'est pas à moi de me plié sous vos exigences. Je resterais toujours seule,  c'est tout. Oui seule, comme toujours. Mi appart Feuille de Vigne, une femelle très naïve,  mon frère Haine du Tigre, le même caractère que moi et Soleil d'Hiver, une autre peu bavarde qui reste celle à qui je préfère confier plein de choses sur ma solitude. Les autres était sans importance pour moi, ils ne contait pas. Ils sortiront comme ils entreront dans ma vie, si rapidement,  appart si il me montre un attachement. Mes parents m'ont montré un attachement,  mais ils sont ressorti de ma vie depuis que je suis devenu apprenti. Et du haut de mes 27 lunes, ça fait 21 lunes qu'on se croisent comme si nous étions juste des guerriers du Clan sans importance.

- Ton clan ne t'as jamais apprit qu'écouter les conversations d'autrui était irrespectueux, petite femelle ? Tu es bien misérable. Comme nous deux d'ailleurs.

Je dévoile mes crocs par la remarque du lieutenant. Nous savions très bien  tout les que tout cela n'avait rien à voir avec mon Clan. Il rejette trop facilement les idées sur les autres. Pah, et il se croit guerrier. C'est ça juge trop vite. Mes mots ne feront rien en dehors de mes griffes.   Je n'avais pas écouter,  j'avais entendu. Je n'avais pas chercher à comprendre ce qu'il disait. Je m'en foutait au moment où j'étais venue. Mais maintenant que j'étais là à parler avec deux "misérable" cela prenait une toute autre  différence. Il fallait juste que j'en profite.

Je ne su à quel point Véhémence du Wendigo avait raison, je suis misérable. Nous sommes tous misérable. Chacun à sa façon. C'est juste que nous c'était plus voyant. Oui je suis misérable. Je voulais découvrir leur manigances juste pour être un peu plus comme les autres,  avoir un peu d'amis, des objectifs. Faire partie de leur plan m'aiderais à évoluer,  faire sortir une partie de moi même de son rêve infini. Cela revenait à un plan de vengeance. À tous ceux qui ont cru que j'étais mauvaise,  à tous ceux qui ont jamais cru en moi. À tous ceux qui me regarde d'un air mauvais. À tous ceux là,  je voulais qu'il regrette. Ce n'est pas parce que je ne suis pas féminine pas plus que ça qu'il fallait qu'on rejette la faute sur moi. Ils regretteront,  ils ne voient pas que je souffre chaque jour,  ma peine est une cicatrice incicatrisable. Ils paieront pour mon agonie.

"Les paroles ont un pourvoir stupéfiant mais si on ne les contrôle pas, c'est comme un feu qui dévaste une forêt. Tu m'as l'aire bien trop bavarde mais sais-tu observer? Les utiliser à bon escient? On ne dirait pas, ce qui fait de toi quelqu'un de naïf et bête. Enfin... Voici l'impression que tu donnes. Si tu avais réfléchit, tu n'aurais jamais dit que tu nous avais écouté. Tu aurais réagis autrement. Tu te fais surement une opinion sur l"apparence des choses. De ce que j'ai dit, tu peux imaginer les pires choses sur moi sans connaître le fond. Je ne dis jamais tout."

Non je n'ai pas tout dis, non. Que crois tu ? Que j'allais tout déballer comme ça. Non, non. C'est trop. Encore une remarque,  encore quelqu'un qui me traite. Me laisserez vous un jour d'être moi ? Sans que vous ne disiez rien ? Non, non impossible.

L'autre meneur paraissait songeur me regardant d'un oeil mauvais. J'étais pour eux une idiote facile à duper.  Oui s'il vous plaît duper moi. Ne me laisser pas comme ça,  je souffre.

-Vous ne pouvez savoir à quel point je suis misérable. Vous n'imaginez pas à quel point on me laisse à l'agonie. Arrêter de me regarder comme une sotte, à vos yeux j'en suis peut être une. Mais ne le faites pas, j'ai beaucoup trop à apprendre de ma souffrance,  je ne veux pas que vous me gâchez tout. Dis je d'une voix forte malgré tremblante.

C'était le seul jour de ma vie où je voulais retourner en enfance. Le seul jour où je voulais me blottir contre mon frère,  pleurant attendant que tout cela se finissent. Mais je savais que ça finirais jamais. Je suis misérable,  je le serait toujours.


Je part vers une déprimé , je sais pas pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 121
Forces : 1199
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 17
Localisation : In the sky with Hannibal and Will...
Graphiste et lieutenante
Véhémence du Wendigo
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Mer 30 Sep - 13:47
Face au parole de la jeune femelle, le cannibale réfléchit. Une sotte ? Non, elle n'en était pas une. La tricolore semble être aussi brillante qu'était son charme. Or, le matou l'était davantage. Il avait apprit à travers des dizaines de quartiers de lune que la survie était bien plus primordial que des simples amitiés. La vie est éphémère, une erreur et c'est foutu. L'amitié ? Ce n'est que le reflet d'un promesse contre la solitude mais, l'amitié possède le don de te rabaisser davantage dans ta solitude.

L'hypocrisie n'est que partout autour de nous. Rien qu'à penser au lieutenant du vent pour en avoir la raison. Il ne désirait pas voir ces deux félins comme étant ses "amis" ni de les voir le devenir. Il ne voyait qu'en un désir commun. La vengeance.

- L'idiotie n'est pas un défaut tel
qu'on le voit. Il représente plutôt le fait de ne pas voir l'Apocalypse qui se prépare. Or, tous les trois savons pertinemment ce qui se trame. Alors, vous avez votre réponse, petite femelle, je ne vous vois pas comme étant une "sotte" comme vous le disiez.


Véhémence du Wendigo prit une bouffé d'air, histoire d'étudier les alentours de la forêt. Son odorat très développé lui affirma que près d'eux, un solitaire dort profondément. Il tendit l'oreille à la recherche d'un quelconque bruit. Il entendit un petit craquement que seul lui a entendu. Le cannibale identifia le bruit comme étant un renard.

- Tiens, un peu d'action par ici.

À ce moment précis, le renard s'apprêta a bondir sur le lieutenant. Or, rapide comme il est, l'esquiva sans difficultés. Le renard fit une jolie roulade et regarda le groupe avec attention de ses yeux sombres. Il regarda particulièrement la femelle.

- Ces créatures sont celles qui me dégoûte le plus. Ils se nourrissent de ce que nous chassons et de nos corps.

Le renard observa malignement la scène et le mâle devina que dans quelques secondes, il sauterait sur la femelle.

- Il va t'attaquer dans quelques secondes, esquives-le, ne tente rien, c'est clair ?



SLG ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 704
Forces : 1988
Date d'inscription : 06/08/2015
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Mer 30 Sep - 15:52


Réponseun petit sous-titre?




"-Vous ne pouvez savoir à quel point je suis misérable. Vous n'imaginez pas à quel point on me laisse à l'agonie. Arrêter de me regarder comme une sotte, à vos yeux j'en suis peut être une. Mais ne le faites pas, j'ai beaucoup trop à apprendre de ma souffrance,  je ne veux pas que vous me gâchez tout." Pour la première fois, Etoile Sombre eu un étrange sentiment qu'il n'avait jamais eu auparavant. Un sentiment de pitié. Comment ce sentiment pouvait-il venir de lui? Il aurait voulu lui barrer la route: ce truc ne devait pas exister chez lui! Mais ce fut plus fort que celui-ci. Il restait attaché à son cœur comme un tique à un ancien. Il ne pouvait pas résister. Cela lui rappelait des souvenirs de son enfance même. Il avait remarqué que ceux dont il acceptait la présente était souvent des personnes dont la méchanceté était leur qualité. Des personnes qui ont des liens communs avec lui. Serais-ce le cas avec Délice Parfumé? Il n'en savait rien. Rien du tout. Il verrais dans le temps qui s'écoulerait. Il verrait. Elle reconnaissait qu'elle était misérable. Personne d'autre qu'eux trois l'aurait dit. Vraiment? Leur destiné était-elle lié? Etoile Sombre voulait enlevé cette idée qui lui parcourait l'échine. Quelques minutes plus tard, il la détestait. Hors, ce n'était pas dans son habitude de regretter ni de changer d'avis si soudainement. D'ailleurs, elle n'avait rien dit de... particulier. Si il était vraiment lui, il aurait ri de son état de faiblesse et en aurait profiter. Pourtant, ce sentiment l'avait arrêté, avait pris le dessus. Il la regardait, sans rien dire. Il arrive à tout le monde de se trompé. Il devrait sans doute lui pardonner. Pardonner?! Dans un cœur dure comme le sien! Comment cela serait-ce possible? Etoile Sombre lui même n'en s'avait rien.

"- L'idiotie n'est pas un défaut tel
qu'on le voit. Il représente plutôt le fait de ne pas voir l'Apocalypse qui se prépare. Or, tous les trois savons pertinemment ce qui se trame. Alors, vous avez votre réponse, petite femelle, je ne vous vois pas comme étant une "sotte" comme vous le disiez." Etoile Sombre avait sursauté. Il avait presque oublié la présence de Véhémence du Wendigo tellement qu'il était plonger dans ses pensées. Il aurait voulu que celui-ci répète ces paroles car il avait entendu mais non écouté. Seul une bribe lui resta: " je ne vous vois pas comme étant une sotte comme vous le disiez.". Véhémence du Wendigo aurait-il eu le même sentiment que lui? De pitié? Mais autre chose le gênait: le lieutenant du vent avait tendance à montrer de la hauteur envers lui. Son statut minimal serait d'être à sa même auteur mais non d'être inférieur à lui. Mais cette idée fut repoussé.

"- Tiens, un peu d'action par ici." Etoile Sombre se retourna et rougit de plaisir. Quel coïncidence que son souhait se réalise tel qu'il l'avait souhaité! Il avait déjà presque oublié ce qui s'était déroulé juste avant. Plus loin se tenait un renard qui venait de sortir d'un buisson. Enfin, il allait pouvoir se défouler sur quelque chose de puissant. Voici depuis temps de lunes qu'il ne l'avait plus fait. Alors, on verrait. On verrait quoi? On ne le sait.

Le fauve au pelage d'or s'était jeté sur le lieutenant du vent mais celui-ci l'esquiva avec rapidité. La bête volumineuse roula au sol, pris dans son élan. Etoile Sombre se remémora les techniques que lui avaient apprises les blaireaux pour en tué. Au bout de quelque seconde, il était près à l'action.

"- Ces créatures sont celles qui me dégoûte le plus. Ils se nourrissent de ce que nous chassons et de nos corps."

Ne sois pas si dégoutté que cela. Les chats sont assez puissants pour les égorgé. Ils peuvent nourrir un clan entier pendant plusieurs jours. Alors, on récupère pas sa chair, les proies volé. Si les notre apprenaient comment faire fuir leur vie, ils auraient peur de nous... se dit intérieurement le chef. Il observait la scène en réfléchissant comment maîtrisé le renard. Pour commencer, il fallait voir par où il commencerait à attaquer. ... Sa cible était sans aucun doute Délice Parfumée!

"- Il va t'attaquer dans quelques secondes, esquives-le, ne tente rien, c'est clair ? " Ne t'inquiète pas Véhémence du Wendigo: je sais comment m'y prendre. En effet, bientôt, il plongeait en se retournant dans le même moment sous le ventre roux de la bestiole pour remonter, en s'aidait de ses griffes, sur son dot. Le renard voulu le mordre. Il claqua sa mâchoire dans le vide. Le chef l'avait échappé de justesse cette fois-ci. S'il te plait Etoile Sombre. Concentre-toi. Le renard commença à se secouer pour le déloger de son dos mais il tenait bon. Il chercha des prises ainsi que des repère dans sa fourrure. Il remonta son échine jusqu'au cou et se chargea d'attaquer ses yeux. Pendant se temps, les autres s'étaient activé et attaquait aussi leur ennemi commun. Le renard hurlait de douleur! Maintenant, Etoile Sombre le savait, il ne voyait plus.
   






By Glaçou





Merci mon petit écho!
Code:
[img]http://i68.servimg.com/u/f68/19/28/96/66/sans_t10.gif[/img]

Merci Citro' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-origine.forumactif.org
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Jeu 1 Oct - 17:20

 Je ne m'empêche de regarder le matou brunâtre. Je ne savais plus ce que j'étais réellement. Et lui, il as su dominé ses émotions à bon escient pour les cacher, pour ne plus les ressentir. C'est drôle comment il a compris tous ça depuis le début. Moi même je n'y ai jamais pensé,  c'est à cause de mon caractère de "mâle" que je me retrouvais seul, c'est à cause de ceci qu'on me prenait pour celle qui n'était pas normal. L'idée de les dénoncer ne m'éffleur plus à présent,  je voulais simplement rester avec eux et apprendre à devenir une autre personne respecté. Pourquoi avais je eu cet idée minable sans avenir ? Dans tout les cas ils ne m'aurais jamais laissé faire. Dans ce cas là on m'aurais retrouvé le corp gisant sur la terre môle. Et si ils ne voulaient pas se salir les pattes, il m'aurait detruit menralement. Ce qui est plus facile vu mon piteux etat. Je regrette à présent,  je ne voulais que sentir le sang, le sang de ma mère qui m'as ignoré moi et mon frère, à cayse de nos caractère agressif et prétentieux. Le sang de mon père,  qui n'as jamais levé ld petit doigt pour nous voir on nous attendrir. Je me demande de qui a pris Haine du Tigre pour être si câlin avec ses chatons.

 - L'idiotie n'est pas un défaut tel qu'on le voit. Il représente plutôt le fait de ne pas voir l'Apocalypse qui se prépare. Or, tous les trois savons pertinemment ce qui se trame. Alors, vous avez votre réponse, petite femelle, je ne vous vois pas comme étant une "sotte" comme vous le disiez.

 Oui on sait ce qui vas se passer. Ils regretteront. Il avait raison,  non je ne suis pas une sotte, une idiote. Je suis réaliste. Je suis moi et qui se mettra en dehors de mon chemin se vaudra d'être détruit.  

Je m'approche de nouveaux des félins un peu plus. Je me fais une rapide toilette ne sachant que faire d'autre que d'embellir cet couleur de pelage que seul les femelles possède. Je pose naïvement mon regard sur le crépuscule silencieux. Je prend une longue bouffé d'air franche. Mais une odeur acre de Charogne me fait chatouiller le museau. Je n'arrivais pas à placer un nom sur cet chose. Mais je savais que ce n'était rien de bon.  

-Tiens, un peu d'action par ici."

Mais que voualit t'il dire, de quoi parlait t'il ?

Puis un pelage roux sale sort des taillis d'un air innocent,  le regard plongée dans nos prunelles avec envie. Il plonge sur le lieutenant Venteux qui l'esquive sans peine. Un renard. Je me recule, frissonnant. Ce n'était pas la première fois que je combattais une tel chose, mais elle restait dangereuse. Puis ses yeux, ses yeux noisette qui fixait sa proie, sui me fixait intensément. Et je savais que dans quelques secondes ils me bondirais dessus.

Mais au même moment le meneur se mit à attaquer le renard. Les quelques seconde passé je regarde le massacre,  le renard essayait vainement d'enlever le matou de son dos. Ne reste pas ici à rien faire. Alors la tête haute et fière je me lance dans la bataille.
 
Réponse avecqu'un seul s pour ton titre
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 121
Forces : 1199
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 17
Localisation : In the sky with Hannibal and Will...
Graphiste et lieutenante
Véhémence du Wendigo
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Ven 2 Oct - 0:42

Il observa la scène et, réfléchi au mode de fonctionnement de cette bête désormais, coupé du sens de la vue. Il souffrirait bien longtemps mais, finirait certainement a soigner. Il se débattit et, réussi au bout de dizaine d'essaie a se libérer en faisant une roulade. Il devina que la bête sauvage fuirait s'il n'agissait pas tout de suite. Désirant le sang de la bête sur le sol, il se déplaça rapidement dû à des années de chasse féline. Suite à ce mouvement, il se plaça face à la bête. Il ne voyait plus que lui malgré que son opposant ne voyait sûrement que du noir. Il étudia son déplacement instable. Le renard chancelait sur ses pattes du à la douleur et le sentiment d'être perdu qui devait sûrement le submerger. Il décida d'opter pour une technique de furtivité pour le perdre davantage. Il avait déjà vu un félin devenir aveugle, et à défaut de ne pas pouvoir utiliser ses yeux, son odorat, son ouïe, ses goûts, son toucher, etc. était bien plus fort. Il devait donc faire preuve de plus de furtivité bien que sa douleur devait surement le submerger. Il se déplaça vers la droite, histoire de tester ses sens. Comme il s'y attendait, il ne fit pas attention. Véhémence du Wendigo décida d'attaquer directement. Il s'élança vers la bête en un bond, toute griffe sortie et se jeta sur le cou de la bête.

Le renard se débattu et c'est alors que la jeune femelle vint l'aider, elle s'était lancé sur le flanc de la bête pour aider le lieutenant à l'abattre. D'un coup de mâchoire, de ses dents trop aiguisé pour ne pas blesser à l'éraflement, il arracha une bonne partie de la gorge. Le renard cessa immédiatement de se débattre. Quant au lieutenant, sa gueule et son col était poisseux. Sa queue frappa l'air d'un air farouche et satisfait à la fois et d'un geste théâtrale, lâcha la gorge du renard et le déposa au sol. La femelle le regarda, d'abord, il détecta qu'elle était horrifié mais, il vit bien qu'au fond, il y avait un peu de joie dans se meurtre. Quant au chef de l'Ombre, un sourire éclairait son visage. Le lieutenant lui derrière son regard satisfait ? Il n'eut rien d'autre que le "vrai" lui. Une partie de lui-même qu'il cachait. Cette partie en avait décidé autrement pour ce soir. Le cannibale fit un pas sur le côté et pencha la tête, comme pour clore une pièce de théâtre.

Véhémence du Wendigo leva sa tête au ciel et débuta un filet de ses pensés. Il sut que les deux félins pendaient à ses lèvres et ne demandaient qu'à en savoir plus sur sa force, sa vitesse, tout ce qui le rendait redoutable.

- Que suis-je misérable de me laisser diriger par ma folie de liberté.
Que suis-je misérable de me laisser dicter mes choix et pensé.
N'est-il pas plus misérable de me voir devant vous après avoir tuer.
Tuer qu'une créature aussi misérable que moi-même et de ne pas l'avoir chassé.
Cette chasse n'est guère digne de mon talent inné.


Il déposa son regard vers la ferme au loin, telle un phare invisible que seul lui voit. Au bout de quelques minutes, il se tourna lentement vers le chef.

- Ce que tu ne sais pas de moi, il est préférable que tu ne le sache pas et encore moins toi, petite femelle. Il ne me saurait guère apprécier de devoir vous garder à mon pied.

Après ses quelques paroles, il retourna vers son territoire et avant de partir, il ne laissa que derrière lui une phrase pendre en l'air.

Les révolutions sortent, non d'un accident, mais de la nécessité.



SLG ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 704
Forces : 1988
Date d'inscription : 06/08/2015
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Ven 2 Oct - 18:27

Finalement, c'étais Véhémence du Wendigo qui avait donné le coup de grâce. Le chef regrettait énormément de ne l'avoir fait lui-même. Il aurait voulu goutter au sang de l'animal quand celui-ci perdait la vie. Sentir les dernières pulsation que provoquait son cœur. Il espérait alors que Véhémence du Wendigo avait pris plaisir à accomplir cette tache. Oui, pris plaisir. Il avait vu le lieutenant se gonfler de fierté. Mais avait-il vraiment cru qu'on allait abandonné le cadavre ainsi? Le chef en était sûr. Mais pourquoi aurait-il eu ce sourire au coin de lèvres? Car, ce renard, il voulait déchirer sa chaire de ses crocs. C'est comme ceci qu'on fête la victoire. Alors, le renard remontant vers le ciel étoilé, il voyait son corps déchiré de partout puis engloutit pas nos gueules, son sang lapé par notre langue, les poils de sa fourrure rousse s'envoler dans le vent. Ce qu'il aime c'est aussi bien le goût de cette viande qu'il est le seul chat à connaître mais en plus cette sensation de force et puissance. Parfois, des phrases lui passait par la tête. Des phrases qui viennent sans prévenir. "Mes crocs sont aiguisé par les montagnes que je serre de mes griffes."

"- Que suis-je misérable de me laisser diriger par ma folie de liberté.
Que suis-je misérable de me laisser dicter mes choix et pensé.
N'est-il pas plus misérable de me voir devant vous après avoir tuer.
Tuer qu'une créature aussi misérable que moi-même et de ne pas l'avoir chassé.
Cette chasse n'est guère digne de mon talent inné."
Nous sommes misérables par nos actes mais... Etoile Sombre ne savait plus que quoi penser. Tout un coup, pris dans le tourbillon de ses pensés, il ne voyait plus. Son regard regard était fixe dans la pénombre. Était-il destiné à être tous misérables? Un jour, peut-être changerait-il? Il avait prévu des choses dans l'avenir mais il savait que tout ne se passera pas comme il le désirerais. Ce serait alors à lui de les contrôler. Il revint finalement à la réalité avec le renard en face de lui. Il déchira la chair de celui-ci sans se préoccuper des commentaires. Ainsi, il verrait si il est bien permis les bons coéquipier. Ces crocs mâchèrent alors la viande et du sang coula de ses babines. Voici ce qu'il aimait! Il imaginait Sôbrome devant lui, le regardant de son regard de feu. Sôbrome ne le trahirait jamais. Il serait toujours à ses cotés. Par lui il détient le pouvoir des étoiles. Il découvrirait un jours d'où il le détient.

"Goûtez à cette nouvelle chair que vous ne connaissez. Les misérables se nourrissent de chose misérable. Festoyons en misérables et que la différence nous rendes en plus misérable que l'on l'était!"
Excusez-moi. Manque d'inspiration.





Merci mon petit écho!
Code:
[img]http://i68.servimg.com/u/f68/19/28/96/66/sans_t10.gif[/img]

Merci Citro' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-origine.forumactif.org
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Lun 5 Oct - 18:30

 
Je rue mes coups sur la bêtes, ne la traitant plus comme un être vivant mais une chose inutile,  misérable comme nous. Voilà à quoi nous étions tous destiné. D'une façon comme une autre, atroce ou pas, nous nous envoyons vers la mort. Voilà l'ironie de la vie. Sans qu'on le sache la mort avait choisie un destin tout tracé vers le fond où nous regeterons de ne pas avoir fait de notre vie, un art, un exploit. Et on regrette.

Plongeant mes crocs  dans la chaire de l'animal,  je me sentait beaucoup mieux. Beaucoup plus moi. Regarde les yeux en face,  je suis un atout pour le Clan, en faisant confiance à ces deux là,  je causais la perte de mon Clan. Lentement mais sûrement. Bien qu'absorber par mes pensées,  le renard au pelage d'un riux sale m'attrape par le cou et m'envoie roulé sur un grand rocher je ne ressentais plus rien, le vide. Je revois mes souvenirs de jeunesse. Je ne savais même pas si mon coeur battait. Mais he m'en fou complètement mais ça m'importe peu à présent.


J'ouvre mes yeux tout de même malgré ma blessure vers le crâne. Je me dépêche de continuer à combattre contre le  renard d'un air assuré mais sur mes gardes. La bête tombe mort devant moi plus tard.

Rapidement le meneur ennemi se rue vers la bête et commence à dévoré le galeux. Je n'éprouve que du dégoûts mais aillant faim, je dévore aussi le renard le museau froncé. Après le long dialogue d'Etoile Sombre, j'hoche la tête d'un air suffoquant. On était destiné à ce manger entre misérable. C'est tout..






Desolé pour ce truc court pas d'inspiration et je dous me dépêcher pour aller à la danse.
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 121
Forces : 1199
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 17
Localisation : In the sky with Hannibal and Will...
Graphiste et lieutenante
Véhémence du Wendigo
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Lun 5 Oct - 22:23
[Je me suis cassé, donc vous pouvez m'oublier :3]



SLG ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Messages : 704
Forces : 1988
Date d'inscription : 06/08/2015
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Mar 6 Oct - 8:59
[le Rp pourrait s'arrêter là? Je n'ai pas d'inspiration pour la suite. On en fait un autre où Délice Parfumée nous annonce qu'elle est devenu chef.]





Merci mon petit écho!
Code:
[img]http://i68.servimg.com/u/f68/19/28/96/66/sans_t10.gif[/img]

Merci Citro' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-origine.forumactif.org
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE] Mar 6 Oct - 17:31
[Oui moi aussi ça me vas. D'ailleurs je prépare le RP pour mon Clan ]
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Misérable. [LIBRE]
Revenir en haut Aller en bas

Misérable. [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le Misérable
» FINI - | - Etre misérable ou ne pas l'être... - | -
» Mis, Misère, Misérable... [Noah]
» Crains Moi, misérable Vermisseau.
» Misérable Vermine ! [feat : Taël Auras]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guerre des clans-origines :: Partie RPG :: Territoires Libres :: Les champs-